Les grades sont attribués à un pratiquant et permettent d’évaluer son niveau technique, son efficacité en combat, son degré d’ancienneté ainsi que ses qualités morales, ce qui correspond au respect scrupuleux du code moral ainsi qu’un investissement suffisant dans la pratique. Sans un minimum de respect des règles exigées, aucun judoka ne peut prétendre à l’obtention d’un grade.

Les ceintures de couleurs ont été inventées en Angleterre au milieu des années 1920 puis introduites en France par le professeur Kaiwashi. On trouve dans l’ordre les ceintures blanche, jaune, orange, verte, bleue, violette (seulement si le judoka est trop jeune pour porter la ceinture marron), marron, la fameuse ceinture noire ainsi que deux ceintures supérieures (une rouge et blanche du 6e au 8e dan, une rouge pour 9e et 10e dan).

Il existe aussi des grades alternatifs pour évaluer et récompenser les plus jeunes (blanche-jaune, jaune-orange, orange-verte), on trouve aussi, dans la catégorie éveil-judo, les ceintures blanches à 1 ou 2 “lisérés” horizontaux. Il se peut aussi d’avoir des barrettes à la place d’une ceinture blanche-jaune.

  • Les ceintures de couleurs blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 9e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu’au 1er kyu par la ceinture marron.
  • En France, les grades inférieurs à la ceinture noire sont délivrés par un professeur de judo diplômé d’État, le plus souvent suite à un passage de grades organisé par le club, selon des critères techniques, des résultats ou participations aux diverses compétitions, du comportement de l’élève (lié au code moral du judo) qui porte sur la présence durant la saison, vis-à-vis des ses camarades …
  • Au-dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan (degré) : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e, 7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge.

Grades des ceintures de couleurs

 

Cela dit, en France, il a été d’usage d’utiliser la ceinture verte-bleue, ce qui ajoute un kyu. Celle-ci n’est cependant plus valide aux yeux de la fédération. Il a existé aussi la ceinture violette, qui se situait entre la bleue et la marron. Elle n’était attribuée que très rarement, lorsqu’un Ceinture bleue était trop jeune pour pouvoir passer l’examen de la marron.